mercredi 5 septembre 2012

Jouer quand on a du temps?

C'est la question que je me pose en ce moment.

Un évènement imprévue m'a libéré de toute obligation. L'évènement est simple... un burn out.

C'est mon second. La dernière fois ce fut il y a deux ans et demi. J'avais abandonné toute activité poker notamment le club. J'ai mis plusieurs mois à m'en remettre mais j'ai quasiment récupéré toutes mes facultés.
Le poker n'est pas en cause, bien sur. C'est plutôt côté professionnel qu'il faut chercher les raisons. Tout a été fait pour me faire tilter.
Du coup, j'ai du temps. Je me suis donc posé la question. Est-ce que j'en profite pour faire du volume de jeu ?
Il y a du pour et du contre. Etant un peu fragile, le poker est un jeu stressant et le risque de prolonger me rémissions est importante. Mais en même temps, je me fous de tout. A tel point que le risque de tilt est quasiment nul. De plus, tout le monde est au petit soin pour moi, pour me permettre de me rétablir. On m'évite tout stresse. Si tout le reste n'était pas là, ce serait une vie de rêve.

Alors dois-je jouer au poker ?

Labels